Bien dans ses bottes bien dans son job

Comment tirer le meilleur de son travail actuel ?

Accepter la situation

Tu as un job, tu y es 5 jours par semaine.

A moins de tout arrêter ou d'en avoir trouvé un autre qui te satisfait plus, autant accepter la situation le temps de trouver des alternatives

Accepter ne veut pas dire être résigné et rester les bras croisés.

Accepter veut dire ouvrir les yeux sur l'état des lieux pour ensuite, peut-être, savoir faire bouger les lignes.

Mieux vaut accepter la situation plutôt que de se plaindre, qui est une pure perte d'énergie à un instant T.

Si le sujet t'intéresse je t'invite à lire mon article sur le jour où j'ai arrêté de me plaindre de mon travail.


Qu'est-ce-que j'apprends ?

Au quotidien

C'est de loin pour moi la question la plus importante.

Est-ce-que tu perçois ta progression ?

Est-ce-que ce que tu fais t'apporte, te nourrit, t'intéresse ?

Est-ce que les environnements/personnes/activités constituant ton décor professionnel te conviennent ?

Si tu perçois la valeur ajoutée de ton travail sur le moment c'est tout bénéfice.


Sur la durée

Bien entendu, n'importe quelle expérience t'apprend des choses, même si tu n'en as pas conscience sur le moment.

Nonobstant, pourquoi ne pas rendre la situation agréable maintenant ?

Encore une fois, ne confondons pas souffrance et mérite.


Tu peux modifier ton cadre de travail

Tu peux aussi te rendre compte qu'il ne manque pas grand chose à ton job actuel pour qu'il soit plus épanouissant pour toi.

Faire bouger les lignes, quelles qu'elles soient impliqueront ta capacité à te vendre toi, tes idées, ainsi qu'à formuler ces dernières à ta hiérarchie.

Si cela t'intéresse je t'invite à lire l'article Comment bien se vendre en 6 points.

Il existe beaucoup de points que tu pourrais faire évoluer : 

  • Le salaire : si tu penses que l'équation travail fourni/salaire perçu n'est pas la bonne

  • La position : si tu veux clarifier tes responsabilités

  • Les horaires : s'il est important pour toi d'être organisé et productif

  • Bien d'autres choses encore


Je t'invite à lire mon article sur la négociation des conditions salariales si tu souhaites aller plus loin sur ce point.

Tu peux te dire que c'est facile de dire ça et beaucoup moins de le faire.

C'est exact !

Avoir confiance en soi est le point de départ.

Cela se construit au fil du temps, une fois que tu auras confiance en tes capacités professionnelles tu te sentiras invincible.



Tu peux ou tu en as envie ?

Alors oui, si la situation professionnelle n'est pas des plus luxuriantes, tu peux quand même avoir une force de caractère qui fait que, même si le cadre n'est pas des plus agréables, tu t'adaptes et t'en accommodes.

Tu peux le faire. Nul besoin de le prouver au monde entier.

La question est : en as-tu envie ?

Est-ce cela ta vision de la vie ?

Es-tu satisfait ?

Tu peux avoir la posture de te dire : "je m'en fiche ce ne sont que 3 ans à souffrir avant de faire ce dont j'ai vraiment envie". C'est un état d'esprit que j'ai eu à plusieurs reprises.

Qui permet de se raccrocher au futur pour arriver à avaler la pilule du présent.

Pourtant, les années passaient et je ne voyais pas l'oasis promis. Uniquement des mirages.

J'ai pris le parti de penser que le voyage est au moins aussi important que la finalité professionnelle.

Que l'espoir d'une finalité agréable ne justifie pas un périple ingrat. Que c'est plutôt le contraire : en faisant des choses qui me plaisent je vais comprendre qui je suis et ce à quoi j'aspire.



L'incompétence constructive

Dans le cas où ton job est nouveau et que toi aussi tu l'es dans ce secteur : ne stresse pas !

C'est une opportunité incroyable de ne pas avoir la tête dans le guidon et donc formaté en croyances en tous genres.

Je les regroupe en deux catégories : 

  • Le domaine du possible : grâce à ton ignorance et ton incompétence tu le vois !

  • Le reste de l'univers : ce que ceux qui ont de l'expérience voient


Ton incompétence est une arme massive à la fois pour ton entreprise et pour toi.

Ton oeil neuf permettra de ne pas avoir de postulats de départ en tête et de foncer, sans avoir d'a priori limitants.



Reste curieux

Ne perds pas cet atout

Même après quelques semaines, mois, années dans ton job, essaie de rester curieux.

Dans ton poste, dans ta vie personnelle, qu'importe.

On te parle d'un concept que tu ne connais pas ?

Prends le temps d'écouter, de poser des questions, de rechercher en 3 clics de quoi il s'agit.

Je te dis ça car à chaque fois que je "n'étais plus dedans", je perdais un peu goût aux choses de la vie.

Je perdais la volonté de m'intéresser à d'autres choses car je n'avais plus beaucoup d'énergie en dehors de ma carrière.

C'est compréhensible : quand on ne veut plus faire quelque chose on se force, on redouble d'énergie pour mener à bien une mission.

Du coup, à la fin de la journée je n'avais plus de "jus", plus de temps de cerveau disponible pour être enfin moi.

Cultive cette habitude

C'est une nouvelle entrée sur ma to do list : garder, tous les jours, un moment pour m'intéresser à quelque chose de nouveau, quelle qu'en soit le sujet : 

  • Une entreprise que je ne connaissais pas

  • Un article de journal que je n'aurais pas lu

  • Un personnage de l'Histoire que je connais sans connaitre

  • Un nouveau mot dans une langue que je parle

  • Peu importe :)

Le but n'étant pas de tout retenir ad vitam aeternam, je pense juste qu'en maintenant cette fenêtre de la curiosité ouverte cela contribue à nous rendre vivants au quotidien.


Comment ne pas perdre le train de l'opportunité 

Les opportunités sont partout, il s'agit de se les créer et de les saisir en plein vol.

Je vois un peu la vie comme une gare avec des trains circulant dans la ville sur lesquels on peut sauter quand on le souhaite.

En étant curieux, intéressé, en souhaitant t'améliorer toi et améliorer ce qui laisse à désirer dans ton job tu sauras créer le train de l'opportunité. A toi de sauter dedans ou non.


Tu pourras toujours changer de travail si besoin, il n'en tient qu'à toi.

J'ai souvent cru être emprisonnée. Par mon travail, mon diplôme, mes compétences, l'image que je renvoyais. La liste est longue.

J'étais uniquement prisonnière de moi-même.


C'est pourquoi je me dis qu'à partir de maintenant, je tirerais toujours le meilleur de mon quotidien, quel qu'il soit.


Je te laisse parcourir les autres articles du thème, ci-dessous, si tu souhaites aller plus loin !



Derniers articles en relation avec 
bien dans ses bottes bien dans son job


A la recherche du schéma perdu

Où est le pattern ? Je participais cette semaine à un webinar sur les thèmes méditation et sommeil. La présentatrice nous demandait quels étaient nos “schémas de sommeil” (sleep patterns en anglais). Est-ce-que vous vous rév (...)

En savoir plus »

Tabou ou intime

On me dit souvent que je suis secrète, confidentielle. On peut penser que je ne suis pas dans le partage, que je veux cacher des choses. On peut aussi parfois émettre l’idée qu’il y a des sujets tabous avec moi. Je me suis d (...)

En savoir plus »

Le jour où j'ai divorcé de ma thérapeute

Contexte DétailsThérapie pendant un an en 2017/2018.Et quelle année, j'ai envoyé valser beaucoup de choses (job, relation amoureuse, appart, famille, pays). Je ne mets pas la responsabilité sur la thérapeute, la responsabili (...)

En savoir plus »

Le libre-arbitre ou renvoyer la balle

La balle à l'humanité L'univers nous envoie la balle, c'est ce que je considère comme étant les circonstances. Elles sont neutres, j'exclue ici les croyances new age sur ce que nous attirons. Je pense aujourd'hui que notre a (...)

En savoir plus »

Le choix des émotions

L'endroit du choix J'entends souvent dans le milieu du développement personnel que nous sommes responsables de nos émotions. Cela m'a souvent interpelée. Conceptuellement oui, mais comment faire pour la mise en pratique? J'a (...)

En savoir plus »

La puissance

J'aime bien ce mot. Il est très différent à mon sens du pouvoir.  Libre-arbitre Ce que je mets derrière le mot puissance, c'est notre capacité à utiliser notre libre-arbitre, en sortant de la léthargie. Je dépasse aisément (...)

En savoir plus »

La binarité

Je dînais avec une amie vendredi dernier (source récurrente d'inspiration me concernant !), et nous avons évoqué le sujet de l'introversion et de l'extraversion. Extravertis vs introvertis C'est un sujet cher à mon coeur ca (...)

En savoir plus »

La pronoïa

Vendredi soir, je dînais avec une amie et je lui disais combien le concept de la pronoïa m'aidait au quotidien. J'ai l'impression que l'idée lui a plue et l'a inspirée, je me suis dit que cela pourrait aider de revenir sur c (...)

En savoir plus »

Abstraction

Un déclic  Le déclic de cette semaine a été le mot "Abstraction". J'ai fait une séance chez mon kinésiologue ici à Hong Kong (pour ceux qui souhaite savoir ce qu'est la kinésiologie, c'est par ici), je lui disais à (...)

En savoir plus »

S'attacher ou s'investir ?

Nouveau format sur le blog: je vous parle des mots qui m'ont accompagnée, interpelée ou aidée. Je décrypte le sens que je mets derrière chaque mot. On commence aujourd'hui avec les mots s'attacher et s'investir. S'investir (...)

En savoir plus »